Rechercher
  • vribera33

De l’importance de la ponctuation, ou comment elle peut sauver des vies.

Eh oui, hélas, la ponctuation a toute son importance dans le français écrit. Car elle change totalement le sens de la phrase, selon qu’elle est présente ou pas.

Par exemple, notez la nuance qui s’exprime dans ces deux phrases :

Jean dit : « Le maître est un âne. »

Jean , dit le maître , est un âne .

Avec la 1re, Jean aura certainement des problèmes si l’enseignant a vent de son avis ; quant au constat lapidaire du maître, il est sans appel. Les deux phrases aux mots identiques acquièrent donc un sens totalement opposé selon la place et le type de petits signes qui la décorent.


Je trouve ce jeu très plaisant, d’autant que l’adjonction de la ponctuation précise le sens des phrases avec beaucoup de finesse.

Que pensez-vous de cet exemple ?

Le poète chante la nuit. Le poète chante, la nuit.

La 1re phrase est toute de douceur et de poésie, la seconde n’est que factuelle. Et pourtant, ce sont les mêmes mots. La virgule crée une tout autre ambiance. Ce tout petit trait est donc un génie de l’expression !


Et voilà comment une simple petite virgule peut sauver des vies :

Venez manger, les enfants !

Venez manger les enfants.


Pourtant, la littérature définit la virgule comme un point de ponctuation faible, au même titre que le point-virgule, les deux points, les tirets, les parenthèses et les guillemets. Bon d’accord, le mot de faiblesse se rapporte en fait à la longueur de la pause de respiration causée par ces signes. A l’inverse, les points (de tous types) sont qualifiés de signes forts, car la pause est plus longue. C’est heureux, car il n’y a rien de bénin dans le rôle des signes faibles, comme les exemples donnés l’attestent.


Maintenant que vous avez conscience de l’importance de ces petites marques, savez-vous qu'il existe, quelque part dans la littérature, le point d’ironie, le point exclarrogatif, la virgule d’exclamation, le point de doute et celui de conviction ?

Mêmes les Shadoks de Jacques Rouxel ont proposé quelques ajouts, comme les points d’acclamation, d’autorité et d’amour.

Je les trouve plutôt intéressants pour nuancer la lecture de façon précise. Mais peut-être cela ôterait-il alors toute possibilité d’interprétation du texte, qui fait la richesse de la lecture ? Le débat est ouvert !



Petit exercice pour s’amuser (si, si !) :

Saurez-vous retrouver le sens de la phrase en fonction de sa ponctuation ?


Les élèves, qui avaient oublié leurs livres, ont été punis.

Les élèves qui avaient oublié leurs livres ont été punis.

(Seuls les élèves qui ont oublié leurs livres sont punis, les autres les avaient avec eux.)

/ (Tous les élèves ont oublié leurs livres et tous ont été punis.) Je ne l'ai pas invité, pour le vexer.

Je ne l'ai pas invité pour le vexer.

(Je veux le vexer, je ne l'invite pas) / (Je l'ai invité, je ne veux pas le vexer) Je n'ai pas inscrit mon fils dans ce collège, à cause de sa réputation.

Je n'ai pas inscrit mon fils dans ce collège à cause de sa réputation.

(Le collège a bonne réputation, j'y ai inscrit mon fils, mais pour d'autres raisons.)

/ (Le collège a mauvaise réputation, je n'y ai pas inscrit mon fils)


63 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout