Rechercher
  • vribera33

Haro sur l'autoédition !

Parce que j’ai souvent trouvé de nombreuses coquilles dans ce type de publication (même si les grandes maisons ne sont pas exemptes d’erreurs, malheureusement !).

Parce que j’ai plusieurs fois abandonné ma lecture, dépitée par les innombrables lourdeurs, les orthographes aléatoires et la grammaire malmenée.

Parce que même si maman, prof de français, a relu le manuscrit, il n’en devient pas lisible pour autant (expérience vécue : je me suis demandé quel était le niveau de cette professeure !).

Et qu'on ne me parle pas du manque d'audace des "grandes" maisons d'édition face à ces plumes inconnues, obligées de s'autoéditer ! Parfois, leur refus est aussi dû à un texte mal écrit, n'en déplaise à l'égo des auteurs.


😇Alors, je me retiens pour ne pas envoyer un courrier énervé à l’écrivain – la colère est mauvaise conseillère, tout ça, tout ça…- mais l’impression de me faire rouler dans la farine reste très désagréable.


👀Quand j’ouvre un livre, c’est pour m’évader, pas pour avoir les yeux qui saignent et le cerveau vrillé par les répétitions, les fautes de français et les tournures maladroites. C’est dommage, car il existe de nombreuses pépites dans l’auto-édition.

🖋️Parfois, je me prends à rêver de couvertures où serait notifié le nom du correcteur (et ses coordonnées). Ainsi, on pourrait attester du professionnalisme de la relecture. Et l’auteur en sortirait grandi : ne serait-ce pas montrer un plus grand respect de son lectorat ? Accepter qu’on puisse écrire en commettant des erreurs, qu’il faille reprendre son texte pour lui donner davantage de force, de cohérence et y mettre le prix, c’est aussi accorder de la valeur à son propre travail. Non ?

En attendant ce monde des Bisounours, je n’achète pas de e-books auto-édités. Et je me méfie des petites maisons d’édition, dans lesquelles, je le sais, les correcteurs ne font pas partie du décor…


Et vous, avez-vous déjà été confronté à un livre tellement bourré d’entorses à la langue que vous l’avez abandonné en chemin ?


PS : je mesure l'impact d'un tel titre sur les auteurs en autoédition. Ce n'est jamais agréable de se voir mis en cause. Mais parfois, le ras-le-bol déborde, la preuve en images...



11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout