Rechercher
  • vribera33

On en parle, "du coup" ?

Avez-vous remarqué l'ingérence récente de ces deux petits mots dans les conversations ? Ils se faufilent partout et lors d'échanges, peuvent intervenir plusieurs fois dans la même phrase !

Mais d'où vient ce nouveau tic de langage ? (Maintenant que j'ai attiré votre attention dessus, vous n'allez plus pouvoir y échapper. Ne me remerciez pas ! J'ai passé une soirée avec des amis à faire saigner mes oreilles et surtout à tenter de m'empêcher d'employer ce "du coup" fatal !)

Le tic de langage a plusieurs explications : il peut être une façon de prolonger une conversation ("euh"), de la ponctuer oralement ("voilà"). Il peut manifester un malaise ou engendrer un sentiment d'appartenance ("gavé bien" à Bordeaux), et surtout témoigner d'un manque de vocabulaire : quand un tic de langage recouvre plusieurs sens proches mais différents, la langue ne s'en trouve pas grandie...

L'honnêteté intellectuelle m'oblige à reconnaître la fonction phatique des tics de langage, "c’est-à-dire qu’ils servent à maintenir le contact entre la personne qui parle et la ou les personnes qui écoutent» (précision de Jérôme Jacquin, maître d’enseignement et de recherche en sciences du langage et de l’information à l’Université de Lausanne). Mais celui qui nous intéresse aujourd'hui s'avère moins sympathique : il est partout, plusieurs fois dans la même phrase. Un vrai virus !

Comment s'en prémunir, me direz-vous ? Car en effet, point de vaccin à l'horizon... Eh bien, en étant conscient du problème : l'envahisseur est tenace, bien installé dans un automatisme langagier. Il convient de le reconnaître puis de l'éviter. Le tableau ci-dessous donne quelques idées.

Pour le reste, respirez profondément, ajoutez une pincée de silence et laissez passer l'orage, non, le tic. Bonne chance !


https://www.philomag.com/articles/du-coup-pourquoi-avons-nous-des-tics-de-langage



7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout